Vous êtes ici : Accueil > Le laboratoire > Étude de la migration du corps basal au cours de la ciliogenèse

Amandine Pitaval

Étude de la migration du corps basal au cours de la ciliogenèse

Publié le 5 février 2016


Thèse soutenue le 05 février 2016 pour obtenir le grade de Docteur de l'Université de Grenoble - Spécialité : Biologie Cellulaire

Résumé :
Le cil primaire, véritable organite sensoriel cellulaire est présent à la surface de la plupart des cellules de mammifères en quiescence. Truffé de récepteurs à sa membrane, le cil capte les signaux mécaniques et chimiques, jouant ainsi un rôle clé dans de nombreux processus développementaux et physiologiques. Un défaut de structure et/ou de fonction du cil est à l’origine de cancérogenèse et de pathologies humaines appelées ciliopathies.
Le cil primaire est ancré à la membrane plasmique grâce au corps basal, structure dérivée du centriole père et connectée aux trois réseaux du cytosquelette. La formation du cil primaire nécessite une succession d’étapes cytoplasmiques hautement régulées. Elle débute par la maturation du centriole père en corps basal. Cette étape nécessite le recrutement de protéines spécifiques au centriole père permettant l’association avec une vésicule ciliaire à l’extrémité distale du centriole père. Ce complexe migre et vient s’ancrer à la membrane apicale déclenchant la nucléation de microtubules pour la formation de la partie externe du cil, ou axonème. En parallèle, la ciliogenèse nécessite un remodelage important du cytosquelette d’actine ainsi qu’un trafic de vésicules orienté vers la base du cil. Si la plupart des étapes sont bien caractérisées, celle concernant la migration du corps basal ainsi que la contribution du cytosquelette reste mal comprise.
Afin de mieux appréhender les mécanismes impliqués dans la migration du corps basal lors de la ciliogenèse, nous avons développé un système expérimental basé sur l’utilisation de micro-patrons adhésifs recouverts de fibronectine. Cette technologie comporte de nombreux avantages. Elle permet le contrôle de l’étalement de la cellule inhérent à la surface imposée par la matrice extracellulaire régulant ainsi l’organisation du cytosquelette ainsi que le positionnement des organelles subcellulaires. Par ailleurs, le volume cellulaire induit par le confinement spatial facilite l’observation de la position du centrosome en z au cours du temps, indispensable pour l’étude de chaque étape de la ciliogenèse cytoplasmique.
Dans un premier temps, nous avons démontré que la forme et l’architecture du cytosquelette d’actine qui en dépend sont des régulateurs majeurs du processus ciliogénique. Les cellules confinées spatialement et sevrées 24h sur des petits disques développent un réseau branché au niveau de leur surface apicale nécessaire à la croissance du cil primaire. A l’inverse, les cellules étalées sur des grands disques sont beaucoup plus contractées. Elles développent d’importantes fibres de stress sur leur surface ventrale. Le centrosome reste sous le noyau et le niveau de contraction empêche l’assemblage du cil. Le niveau de contractilité module donc la formation du réseau d’actine apicale qui contrôle en retour le mouvement du corps basal et l’élongation du cil.
Dans un deuxième temps, nous avons étudié la dynamique du cytosquelette d’actine et de microtubules durant l’étape de migration du corps basal c’est à dire juste après la privation de sérum. Nos résultats indiquent que la migration nécessite une augmentation transitoire de la stabilité des microtubules concomitante avec une augmentation de la contractilité des filaments d’actine. Un crible basé sur l’ARN interférence nous a permis d’identifier des gènes impliqués dans le processus de migration dont CEP164, contribuant à l’ancrage du centriole père à la vésicule ciliaire. Les cellules déficientes en CEP164 montrent un défaut de réorganisation du cytosquelette expliquant l’inhibition du transport du corps basal vers la membrane apicale.
L’ensemble des résultats nous permet d’avancer dans la compréhension des conditions requises pour le mouvement du corps basal vers la membrane apicale. Celui-ci nécessite à la fois un remodelage significatif du cytosquelette en constant dialogue ainsi qu’une interaction avec certains composants ciliaires nécessaires à la formation du cil primaire.

Jury :
Rapporteur : Pr Bénédicte Durand
Rapporteur : Dr Philippe Bastin
Examinateur : Dr Annie Andrieux
Examinateur : Dr Juliette Azimzadeh
Examinateur : Dr Alexandre Benmerah
Directeur de thèse : Dr Manuel Théry
Co-directeur de thèse : Dr Xavier Gidrol
Co-encadrant : Dr James Sillibourne

Mots-clés :
Ciliogenèse, cil primaire, micro-patterning, ARN interférence, microtubules, centriole, cytosquelette, morphogenèse cellulaire, centrosome

Télécharger la thèse. ​