Vous êtes ici : Accueil > Le laboratoire > Caractérisation des nouvelles metalloprotéases impliquées dans la réparation de l’ADN

Sujet de la thèse

Caractérisation des nouvelles metalloprotéases impliquées dans la réparation de l’ADN


Publié le 25 janvier 2019



Résumé du sujet
L'ADN est la molécule centrale de la vie. Chaque jour, l’ADN subit des milliers de lésions, ce qui peut compromettre l'intégrité de l'information génétique. La réparation des complexes anormaux et des réticulations covalentes ADN-protéines (DNA–protein crosslinks, DPC) est particulièrement difficile. Les données récentes suggèrent que les enzymes protéolytiques aident les nucléases à réparer les DPCs en dégradant le composant protéique des réticulations. Cependant, l'identité de ces protéases est longtemps restée obscure. Récemment, deux équipes, dont la nôtre, ont décrit une nouvelle protéase de la levure, WSS1, qui dégrade les protéines problématiques et les DPCs sur la chromatine. WSS1 est nécessaire pour la dégradation des complexes toxiques de la topoisomérase TopI-ADN, des DPCs produits sous l’action des UV et du formaldéhyde, ainsi que des conjugués aberrants sur la chromatine induits par une mutation du gène SUMO. Cela suggère un nouveau mécanisme de réparation des DPCs qui implique la protéolyse directe des protéines de la chromatine par des protéases spécialisées. De manière notable, ce mécanisme semble avoir être conservé au cours de l'évolution. En effet, les eucaryotes supérieurs ont des protéines de la famille Spartan, qui semblent avoir un ancêtre commun avec les métalloprotéases WSS1 dans la levure. Bien que l'alignement de séquences place les Spartans dans une famille différente, notre analyse suggère que la structure de la Spartan humaine est très similaire à celle de Wss1, toutes les deux appartenant à la superfamille protéolytique des minigluzincins. Ainsi, Spartan pourrait être une protéase fonctionnelle qui élimine les composants aberrants de la chromatine. Le but de ce projet est de caractériser biochimiquement et structurellement ces nouvelles métalloprotéases impliquées dans la réparation des dommages de l'ADN.

Informations diverses
• Formation niveau Master recommandée
• Biochimie, Biologie moléculaire, Biologie structurale.
• Date souhaitée pour le début de la thèse : 01 octobre 2017
• Personne à contacter par le candidat (Directeur de thèse) :
Maxim Balakirev
Laboratoire Biologie à Grande Échelle
CEA-Grenoble
17 avenue des Martyrs
38054 Grenoble Cedex 9

Plus d'informations à la page Web de l'équipe.


Haut de page